À toi mon premier bébé.

Tu es arrivé en premier, pis je m’occupe de toi en dernier. Ce n’est pas que Maman t’aime moins, mais j’oublie que tu es encore qu’un enfant. Tu as grandi si vite. Pis comparé a ta sœur qui fait encore le bacon du haut de ses 3 ans pis du tout dernier arriver. Je manque de temps, pis de jugement. Pas envers toi, mais envers moi. Dans ma tête de maman, quand tu me demandes de faire quelque chose que je sais, que tu as l’habitude de faire toi-même ça me fâche. Parce que je suis fatigué, exténué. Pis là, quand je prends du recul. Je réalise que tu voulais juste mon attention. Quand tu te mets à faire des niaiseries, j'en déduis toute suite que tu ne devrais pas parce que t’a passé cet âge-là. Où je veux en venir, c’est que je t’aime beaucoup pis je veux que tu le saches. À mes yeux, c'est important. Je ne te le montre pas tout le temps. Je ne suis pas parfaite, même si tu me dis tout le temps le contraire.

À toi mon premier bébé, sache que c’est toi qui m’as ouvert les yeux sur la maternité. Toi, tu as appris à devenir un mini-humain en même temps que j'ai dû apprendre à devenir une maman. Ces plates, t'a eu le droit a la maman en devenir. Pis tes sœurs, eux, ont eu le droit a la maman sûre d’elle.

Sauf que sans toi, je ne serais pas celle que je suis aujourd’hui pis ça je te le dois à toi.

46 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout