Extrait de mon roman

Je me sens vide de sens. Impuissante face à ses mains qui resserrent légèrement ma gorge, j'ai l’impression que personne ne peut comprendre les raisons pour lesquelles je reste à ses côtés. Alors que jour après jour est une survie. Je vis dans la peur et dans le dédain. Le reflet de ma personne face à ce miroir me répugne. Chaque nouvelle cicatrice me remémore un souvenir douloureux. Je suis devenue une plaie béante, incurable. Malgré les fois où je me suis frottée en tentant d'effacer les mains meurtrières qui s'y sont promenées. La sensation d’être désirée et aimée m'est devenue inconnue. Des sueurs froides me parcourent le corps, mon cœur pleure en silence. Sachant très bien que l'histoire va se répéter. Dès que j'ouvrirai cette porte, je ne serai qu'un jouet aux yeux de ses hommes. J'entends déjà leur braguette ouvrir. L'odeur nauséabonde des nymphomanes se ruant sur sa proie me pue au nez. Enlevant au passage le peu de dignité qui me reste. J'inspire profondément…une fois...deux fois... J'affiche un faux sourire en poussant la porte laissant les ordures se ruer sur moi.

16 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout